les chiffres

Les chiffres #102

Favoriser une agriculture à bas niveau d’impact pour l’eau, en soutenant des leviers efficaces

Les agences de l’eau agissent aux côtés des acteurs de territoire pour favoriser une agriculture à faible impact pour la ressource, en matière de consommation et de pollution. Changements dans les pratiques, accompagnement à la conversion bio des exploitations agricoles, soutien à l’animation de filières respectueuses et Paiements pour services environnementaux en sont les leviers les plus marquants.

120 M€ d’aides en 3 ans débloqués par les Agences

De quoi parle-t-on lorsque l’on souhaite « Développer des cultures à faible impact sur l’eau » ? Il s’agit ni plus ni moins de trouver les moyens de produire avec moins d’eau, tout en la protégeant. En 3 ans, 120 M€ ont été accordés par les agences de l’eau, sur l’ensemble du territoire. Le changement de systèmes d’exploitation vers l’agro-écologie est un axe prépondérant et prioritaire de l’agence de l’eau Adour-Garonne. Elle y a consacré  8 M€ en 2019, en dehors de l’agriculture biologique.
Dernièrement, le déploiement des Paiements pour Services Environnementaux (PSE), dispositif expérimental initié par l’agence de l’eau Adour-Garonne, va aussi dans ce sens : 2,4 M€ y ont été consacrés en 2019 et 5 M€ par an y seront consacrés sur 2020 et 2021 sur le bassin.

285 M€ pour les conversions au BIO

Autre levier fort, les conversions des exploitations agricoles à l’agriculture biologique. Sur les 3 dernières années, 80 % de l’ensemble des conversions BIO intervenues ont été soutenus par les agences de l’eau.
Cela représente une enveloppe de 285 M€ d’aides versés en 3 ans : les agences de l’eau sont ainsi l’un des premiers financeurs publics en matière de soutien au BIO sur le territoire. En Adour-Garonne, c’est 65 M€ qui ont été apportés par l’agence de l’eau pour la conversion ou le maintien de 1400 exploitations sur 58 000 ha.

800 animateurs pour protéger les captages

Les aires d’alimentation des captages d’eau prioritaires doivent être protégées rapidement si elles apparaissent dégradées. Afin de favoriser la concertation entre les acteurs et viser le déploiement d’un plan d’actions, les agences de l’eau ont financé l’équivalent de 800 postes d’animateurs en 3 ans, afin d’agir sur le sujet. L’Agence consacre de 1 à 1,5 M€ par an au soutien des animations et 5 M€ sont dédiés aux plans d’actions (hors MAEC, agriculture bio et investissements). Plus globalement, l’Agence mobilise de 23 à 25 M€ par an à la protection des captages prioritaires sur le bassin, dans le cadre du 11e programme d’intervention.  
En complément, le soutien à des pratiques innovantes comme l’agroforesterie et l’adoption de variétés agricoles plus résilientes face au changement climatique vont dans le sens d’une préservation de la ressource couplée au maintien de la pratique agricole.

Campagne en immersion : Eau & Agriculture : https://enimmersion-eau.fr/eau-et-agriculture/

NB : les données nationales sont issues du site de la campagne En immersion, réalisée par les agences de l’eau et les chiffres pour le bassin sont issues des données de l’agence de l’eau Adour-Garonne.