l'interview

Interview #102

TroIs questions à … Guillaume Choisy, Directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne

© Pierre Barthe / agence de
l’eau Adour-Garonne

« Un plan de soutien exceptionnel de 42 M€ pour relancer la filière eau et assainissement dans le bassin Adour-Garonne »

Quelles sont les conséquences, notamment économiques, de la crise sanitaire en matière d’eau et de biodiversité ? 

La crise sanitaire aura assurément de très lourdes conséquences sur le plan de charges des entreprises en lien avec les interventions des agences de l’eau, en particulier les entreprises de travaux publics et les industries du secteur de la distribution et de l’assainissement.  Il est donc urgent, comme l’a demandé Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, d’accélérer les chantiers d’eau et d’assainissement et de lancer immédiatement des actions pour permettre aux acteurs de l’eau de faire face à cette crise. Face à l’aggravation de la situation économique et à ses conséquences en matière d’eau et de biodiversité,  les sept Présidents des Comités de bassin ont demandé au Premier ministre le 3 juin  le déblocage de 500 millions d’euros pour un plan de soutien aux entreprises impactées par la crise sanitaire, sans hausse de la fiscalité.

Comment les agences de l’eau répondent-elles à cette urgence ?

Les agences ont déjà pris des mesures et préparent un plan d’action en deux temps. L’objectif est de  soutenir sur l’ensemble du territoire la reprise des investissements en faveur des services d’eau et d’assainissement et plus largement dans les domaines ciblés par la feuille de route des assises de l’eau : protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques, lutte contre les pollutions, économies d’eau. Ainsi, dès ce mois de juin, elles ont proposé des mesures exceptionnelles, qui s’appuient sur le redéploiement de leurs programmes d’intervention avec des taux bonifiés pendant une durée limitée. Dans un second temps, en septembre, elles pourront, en fonction des orientations nationales, contribuer au plan de rebond de l’économie sous réserve du déplafonnement d’une partie du produit des redevances perçues.

Le conseil d’administration de l’agence de l’eau Adour-Garonne vient de valider son Plan de remobilisation pour l’eau.  Quelles en sont les principales mesures ?

Le plan de soutien de l’agence Adour-Garonne –  première des agences à avoir présenté le sien –  a été validé au niveau national le 5 juin. Adopté en conseil d’administration du 11 juin, ce plan a pour objectif de soutenir la dynamique des projets nécessaires à l’atteinte de ses objectifs pour l’eau en favorisant les opérations prévues dans son programme. Outre les mesures contribuant à alléger la trésorerie des entreprises et assouplir certaines règles administratives, l’enjeu prioritaire du plan est de pouvoir engager, dès l’été 2020 et pour une période limitée dans le temps, les investissements permettant de sécuriser l’alimentation en eau potable face aux défis qualitatifs et quantitatifs auxquels le bassin est confronté, avec des retards en matière de réduction des pollutions et des ruptures d’approvisionnement récurrentes.

Le plan de remobilisation sur l’eau prévoit d’octroyer des conditions exceptionnelles de financement aux projets qui seront déposés à l’Agence avant le 31 octobre 2020. Cinq appels à projets seront lancés à cet effet. Ils concernent  le renouvellement des réseaux d’eau potable, la réhabilitation des réservoirs d’eau potable, l’innovation pour une gestion économe de la ressource en eau des entreprises, l’amélioration et la renaturation de la qualité physique des cours d’eau, et les économies d’eau en agriculture.

Doté de 42 millions d’euros, le plan sera financé par le retour des engagements, sans changement du plafond de recettes ni anticipation sur les années ultérieures du programme.