en bref

En bref #101 journée captages

Eau potable : continuer de « soigner » les captages

Le 6 février dernier, une journée d’échanges sur les captages prioritaires pour l’alimentation en eau potable en Occitanie était co-organisée par l’Agence, la DREAL Occitanie, l’OiEAU et l’OFB, à l’ENSAT d’Auzeville.

Graphithèque – stock.adobe.com

La journée a été l’occasion de rappeler la stratégie régionale autour des captages prioritaires, en lien avec l’instruction gouvernementale « captages » qui vient d’être publiée (http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2020/02/cir_44931.pdf) par les Ministères en charge de l’environnement, l’agriculture et la santé.
Face aux pollutions diffuses et à la nécessité de garantir une eau potable de qualité et en quantité dans un contexte de changement climatique, la stratégie conjointe de l’Etat et de l’agence de l’eau pour le bassin Adour-Garonne est d’agir sur l’ensemble du système d’alimentation en eau potable. C’est-à-dire veiller à conserver une eau brute, issue des eaux souterraines (80% des eaux de captage sur le bassin Adour-Garonne) ou des rivières, en bon état afin d’assurer une eau délivrée  au robinet ne nécessitant pas ou peu de traitement et de prévenir ainsi tout risque de non-conformité.

Cette journée s’intéressait spécifiquement à la protection de la ressource avant traitement et distribution de l’eau au consommateur. Ont ainsi été abordées les solutions privilégiant les changements de pratiques agricoles et l’arrêt ou la moindre utilisation des produits pharmaceutiques phytosanitaires sur les parcelles des aires d’alimentation des captages dits prioritaires, car présentant une qualité des eaux brutes non satisfaisante et pouvant entraîner des traitements coûteux.

Dans ce cadre, l’Agence a présenté les différentes aides disponibles. Pour rappel, l’Agence consacre de 23 à 25 M€ par an à la protection des captages sur le bassin, dans le cadre du 11e programme d’intervention.  
De nombreux acteurs de la Région, des représentants de collectivités ou de collectifs d’agriculteurs, ont également pu témoigner de leurs expériences et montrer que la voie suivie est une réelle opportunité pour la construction de projets de territoire, visant à préserver la ressource en eau durablement pour les générations futures.