L'édito

Edito #101

Laurent Verdié, Directeur Programme, Planification, Recherche et Evaluation

« SDAGE : Et c’est reparti pour un cycle »

© Photo L. VERDIE / AEAG

Toutes les actions menées dans le domaine de l’eau par les administrations, les collectivités et tous les établissements publics, mais aussi les différents acteurs du territoire, doivent être conformes à la politique de l’eau définie à l’échelle du bassin  Adour-Garonne par le comité de bassin.

Un document cadre traduit cette politique, en application de la directive cadre européenne sur l’eau. C’est le SDAGE, établi pour des cycles de 6 ans, qui fixe la stratégie du bassin pour parvenir au bon état des eaux. Si nous sommes encore dans la mise en œuvre du SDAGE 2016-2021, la préparation du prochain cycle de gestion a démarré il y a maintenant près de deux ans, par l’établissement d’un diagnostic partagé du bassin. Cette photographie de l’état de l’eau et des différentes pressions qui s’exercent sur elle sur notre bassin a été présentée en comité de bassin du 2 décembre dernier.

Elle sert maintenant d’appui à la définition de la politique que l’on devra mettre en œuvre sur la période 2022-2027, pour atteindre, comme l’exige la directive européenne, un « bon état » des eaux généralisé le plus possible sur notre bassin. Et l’ambition est grande, puisque nous en sommes aujourd’hui à 50% environ de nos rivières en bon état au sens de cette directive.

Les équipes du secrétariat technique de bassin (Agence, Etat – DREAL de bassin et OFB) préparent actuellement les règles qui vont constituer le cœur du futur SDAGE, ainsi que différents scénarios pour déterminer la cible (le pourcentage de bon état) que notre bassin pourra atteindre en 2027. Cette échéance est seulement dans 7 ans, et s’il convient d’être ambitieux, il faudra aussi faire preuve de réalisme.

Le comité de bassin, avec l’aide de sa commission planification, aura la lourde tâche d’établir un projet de SDAGE tenant compte de cette cible d’ici la fin juin 2020. Le travail de concertation est important : même si le SDAGE actuel couvre d’ores et déjà correctement les enjeux du bassin, il conviendra de prendre en compte les évolutions du contexte, et notamment le plan d’adaptation au changement climatique validé en juillet 2018. Il s’agira aussi de renforcer sa mise en œuvre, notamment en le complétant par son programme de mesures (PDM), qui sur la même période précisera et territorialisera les actions à mettre en œuvre sur le bassin.

Enfin dans le même temps, l’Agence et ses partenaires élaborent, à l’échelle des 8 sous-bassins du bassin Adour-Garonne, une stratégie territoriale qui a pour objet de renforcer la mise en œuvre de cette politique de l’eau. Des objectifs locaux, définis conjointement par les partenaires majeurs à l’échelle du sous-bassin (Agence, Etat, EPTB quand il existe) seront suivis pour permettre un avancement optimal des actions, et atteindre les objectifs fixés à l’échelle du bassin Adour-Garonne. Ce travail s’appuie sur le relai des préfets coordonnateurs de sous-bassin et les instances locales du comité de bassin que sont les commissions territoriales.

Un énorme travail technique et de concertation,  concentré sur les 6 mois à venir, avant que le SDAGE et le PDM ne partent en consultation du public et des partenaires en novembre 2020 pour 6 mois. Nous reviendrons vers vous à ce moment là pour vous inviter à donner votre avis sur ces documents stratégiques qui nous concernent tous !