les chiffres

Les chiffres #99

Protection des captages : 1€ en préventif, 10€ économisés en traitement de l’eau 

Les 2/3 des volumes prélevés pour l’eau potable sont issus d’eaux brutes souterraines. A la source, les captages doivent assurer un approvisionnement sécurisé et de qualité pour garantir une eau potable. Ces ouvrages pour prélever l’eau brute sont sensibles : 3 600 captages ont déjà été protégés en France, en 6 ans. Les agences de l’eau investissent, avec les collectivités et l’Etat, pour protéger les captages et éviter les pollutions.

Il existe 3 niveaux de protection des captages d’eau potable pour la pollution ponctuelle (périmètre de protection immédiat, périmètre de protection rapproché et périmètre éloigné). A l’échelle du Bassin, l’agence de l’eau Adour-Garonne consacre 38 M€ par an à la protection des captages dans son 11e programme d’intervention.

10 % des captages dégradés en France

© Antea Calvinet Cantal

En France, la dernière campagne des agences de l’eau, En Immersion, le rappelle : 10 % des captages d’eau souterraine sont dégradés.

Les pollutions diffuses en sont la principale cause (90 %). Par infiltration ou ruissellement, ces pollutions dégradent la qualité des milieux et des eaux souterraines.  Celles-ci sont principalement issues des activités agricoles (nitrates, pesticides), mais peuvent aussi être d’origine industrielle ou domestique.

Investir pour éviter les pollutions, c’est moins cher que de traiter

Le rapport de 1 à 10 est frappant : 1€ investi dans du préventif, afin d’éviter une pollution du milieu naturel, permet d’économiser jusqu’à 10 € de traitement nécessaire pour dépolluer l’eau brute.
Afin de réduire à la source les pollutions diffuses, la priorité est donnée aux solutions naturelles et aux changements de pratiques dont :

  • le maintien des prairies,
  • les cultures en herbe,
  • le soutien à l’agriculture bio,
  • le développement des cultures sans intrants.

Les agences de l’eau co-financent notamment 80 % des conversions bio sur les aires d’alimentation des captages. 30 projets de filières à bas niveau d’intrants sont aussi soutenus.

Campagne en immersion, consacrée à la protection des captages