à la une

A la Une #98 PSE

L’agence de l’eau Adour-Garonne expérimente les  paiements pour services environnementaux

Déjà expérimenté dans certains pays, comme la Suisse, et par certains acteurs privés, le paiement pour services environnementaux (PSE) est un concept encouragé par le Gouvernement. Ce type de projets nécessitera une mobilisation des agences de l’eau de l’ordre de 150 millions d’euros d’ici 2021.

Expérimentation des PSE dans le cadre du 11e programme

Les PSE sont issus du plan interministériel biodiversité (mesure 24) qui prévoit une expérimentation du dispositif par les agences de l’eau entre 2019 et 2021 dans le cadre de leur 11ème programme. Ils seront attribués aux exploitations les plus vertueuses vis-à-vis des services rendus à la société, pour la préservation de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, la protection des sols et le soutien à la biodiversité. Il s’agit d’une reconnaissance positive des services rendus par une agriculture de qualité, basée sur une démarche collective. Pour cela, le service environnemental sera évalué en Adour-Garonne sur la base de 3 indicateurs qui sont :

  • la présence de prairies, la diversité de cultures et les couverts végétaux (assolement),
  • l’extensification des pratiques agricoles (utilisation faible d’intrants),
  • la présence d’infrastructures agroécologiques (haies, lisière de bois, prairies humides…)

Didier Taillefer / AEAG

Bernard Tauran / AEAG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontres territoriales avec les agriculteurs prévues

L’agence de l’eau Adour-Garonne expérimente ce dispositif sur les trois premières années (2019-2021) de son 11ème programme.

Après le lancement, cet été, d’un appel à candidatures relatif à l’accompagnement des agriculteurs par la réalisation d’audits d’exploitation, les structures d’animation (collectivités, EPTB, syndicats de rivières…) présentes sur les 19 territoires à enjeux retenus ont été sensibilisées au sujet et les rencontres territoriales avec les agriculteurs concernés sont en passe d’être conduites.

L’agence de l’eau souhaite pouvoir valider les premiers PSE avant la fin de l’année 2019. A minima 3 millions d’euros par an pourraient ainsi être mobilisés sur le bassin Adour-Garonne sur les trois prochaines années (2019-2021), pour des rémunérations qui pourraient concerner environ 500 agriculteurs.