focus

Focus #95 étude micropollunats

Etudes micropolluants sur le bassin Adour-Garonne : où en est-on ?

La lutte contre les micropolluants issus de sources variées (résidus de médicaments, de cosmétiques, de désinfectants, de produits domestiques, de revêtements urbains) répond à un triple enjeu : environnemental, sanitaire et économique. Dans les milieux aquatiques, ces molécules en partie dues à l’activité humaine,  sont susceptibles d’avoir une action toxique  sur les organismes vivants, même à des concentrations très faibles.

DR

Trois des treize démarches retenues dans le cadre de l’appel à projet national lancé en 2013 ont mobilisé des collectivités du bassin et leurs partenaires privés ou publics sur la période 2014-2018. Les innovations vont des changements de pratiques aux solutions techniques (gestion des eaux pluviales, méthodes de diagnostic des pollutions…), intégrant la notion de coût/efficacité. L’Agence attend beaucoup de ces retours d’expérience et de leur valorisation qui devraient susciter une véritable dynamique sur les territoires du bassin.

Les trois projets feront l’objet d’une restitution en juin : le 12 juin à Toulouse pour SMS, le 25 juin à Bordeaux pour REGARD et le 26 juin à Arcachon pour REMPAR.

REMPAR (REseau MicroPolluants du bassin d’ARcachon)
Maître d’ouvrage : Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA) – Jean-Philippe Besse et Sabine Jeandenand

 

Animé par le SIBA et rassemblant scientifiques et gestionnaires, ce réseau coordonne ses efforts autour de la cartographie des micropolluants, la mesure de leurs impacts et l’évaluation de solutions de traitement efficaces.

DR

REMPAR a également pour vocation de créer du lien entre les différents acteurs du territoire. Il s’agit notamment de sensibiliser les habitants sur l’impact de nos modes de vie sur la qualité des eaux, de manière à ce que chacun s’approprie cette problématique et devienne acteur de la lutte contre les micropolluants.

Parmi les actions déjà mises en œuvre :

  • Des supports de communication et de vulgarisation  pour informer des avancées du projet et garder le lien avec les acteurs des territoires,
  • Un atelier technique autour des résidus médicamenteux  rassemblant élus, professionnels de santé et scientifiques,
  • Un outil de médiation scientifique ludique (réalité virtuelle « SIBA en 360° ») où le spectateur, immergé dans des paysages emblématiques du Bassin, accède à des informations sur la qualité de l’eau et la lutte contre les micropolluants.

REGARD (REduction et Gestion des micropolluAnts sur la métRopole borDelaise)

Maître d’ouvrage : Bordeaux Métropole

Mélodie Chambolle et Marion-Justine Capdeville (LyRE – Lyonnais Recherche – Suez)

 

Bordeaux Métropole

Ce projet pluridisciplinaire dit REGARD, porté par Bordeaux Métropole et coordonné par le LyRE, s’appuie sur neuf partenaires pour réaliser un diagnostic intégré de la pollution des eaux urbaines (réseau d’assainissement et milieu naturel) et proposer des solutions de réduction adaptées.

Le diagnostic consiste à caractériser chimiquement et biologiquement les pollutions, à comprendre les sources et les usages, et à identifier les leviers de réduction. Quatre sources de pollution sont identifiées : eaux pluviales, eaux usées d’origine industrielle, hospitalière, domestique. Cette dernière fait l’objet de nombreuses innovations :

  • Caractérisation de la pollution au plus près des rejets d’eaux usées des habitations (sur les 124 molécules recherchées, les résidus de médicaments représentent plus de 80% de la contamination), 
  • Association des habitants via un « Living Lab » (jeu et quizz participatifs) et une enquête en ligne,
  • Association de familles volontaires « Famille eau Défi » avec une application numérique dédiée (suivi des produits utilisés, des changements de pratiques…).

SMS (Séparation des Micropolluants à la Source)
Maître d’ouvrage : Sivom SAGe

 

SIVOM

Coordonné par le SIVOM SAGe et la commune de Portet-sur-Garonne (31), SMS associe trois laboratoires de recherche et quatre PME locales. Il vise à évaluer une filière innovante d’élimination des micropolluants présents dans les eaux usées. Les urines concentrent de nombreux micropolluants (résidus médicamenteux notamment) que l’on retrouve dans l’environnement.

Le projet développe un nouveau système de toilettes permettant de séparer les urines à la source, teste des traitements adaptés des urines d’une part (précipitation /filtration / ozonation), et des autres eaux d’autre part (bioréacteur à membrane et digestion anaérobie). Des tests écotoxicologiques contrôlent la réduction de l’impact des rejets sur les milieux naturels. Une plateforme de démonstration éprouve l’intérêt technico-économique de cette filière, afin de sensibiliser les professionnels de la gestion de l’eau, ainsi que des élus. Pour communiquer plus largement, une vidéo et des questionnaires sont disponibles. Des journées sont organisées pour présenter ces toilettes et la filière SMS.