à la une

A la Une#95 généralisation contrat transition écolo

Transition écologique : les leviers se multiplient pour appuyer les actions collectives locales

Alors que les effets du changement climatique impactent déjà les territoires et nécessitent d’agir, plusieurs outils vont accélérer la transition écologique localement. Le Ministère de la transition écologique va généraliser les Contrats de transition écologique (CTE) – dont certains ont déjà été signés en Adour-Garonne – tandis que les appels à projets vers l’agroécologie se font plus massifs.

CTE : une aide à l’ingénierie de projet collectif

DR

Le Département de la Corrèze et la Communauté d’agglomération Rochefort Océan ont déjà sauté le pas et ont rejoint les 15 territoires pionniers. Ils ont été retenus, en février dernier, pour un contrat de 3 à 4 ans avec l’Etat, impliquant d’autres partenaires publics et privés. Objectif : porter, dans le cadre du Contrat de Transition Ecologique (CTE), entre 15 et 20 projets favorisant la transition écologique localement. L’Etat joue un rôle de facilitateur et apporte son expertise en ingénierie de projet. L’idée ? Faire passer une stratégie ou une volonté des collectivités, suivant l’identité de chaque territoire, au stade de panel d’actions co-construites et concrètes. Des aides financières peuvent être apportées en parallèle, dans le cadre de dispositifs étatiques ou publics (énergies renouvelables, économie circulaire, etc.). Tous les territoires sont concernés, y compris ceux de montagne.

Et l’expérimentation de 18 mois passe déjà au stade de réalité : une plateforme CTE est en ligne pour recruter 40 territoires nouveaux prêts à entrer dans la démarche CTE, d’ici l’été.

Mesures agro-environnementales collectives via des appels à projets

Plusieurs appels à projets ambitieux touchent également à l’agroécologie. C’est le cas de la troisième vague du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), pour les startups et PME, dont 4 thématiques sont portées par le Ministère de la transition écologique et l’Ademe, notamment Eau et Biodiversité.

D’autres appels sont plus spécifiquement orientés vers des métiers et activités, notamment ceux des chambres d’agriculture relatifs aux groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) ou aux Mesures agro-environnementales (MAE).

De nombreux appels à projets se sont fait jour dans le cadre du Plan national Ecophyto, et certains sont régionaux, à l’image de l’appel conjoint Région Nouvelle-Aquitaine/agence de l’eau Adour-Garonne, toujours en cours. Là encore, la notion de collectif est prépondérante dans la démarche, afin de favoriser une transition de long terme et définitive.

A noter qu’un colloque d’envergure s’est tenu à Montpellier du 21 au 24 mai, autour du thème « Pesticides et transition agroécologique ».