L'édito

Edito #88 : Les grandes orientations du 11e programme d’intervention de l’Agence adoptées

Les grandes orientations du 11ème programme d’intervention de l’Agence adoptées

Hélène-Ressayres-AEAG

Par Aline Comeau, directrice générale adjointe de l’agence de l’eau Adour-Garonne
Le Comité de bassin Adour-Garonne est le 1er bassin à avoir voté les grandes orientations du programme d’intervention de l’Agence pour les 6 années à venir (1er janvier 2019-31 décembre 2024). La capacité d’engagement a été fixée à 250 millions d’euros par an en moyenne, dans le but de financer de nouveaux projets concourant à l’atteinte des objectifs de reconquête de la qualité des eaux superficielles et souterraines, le maintien de la biodiversité, l’adaptation au changement climatique et la solidarité territoriale.

Les objectifs de ce 11e programme d’intervention sont de :

  • Réduire les pollutions en aidant les équipements d’assainissement domestique et industriel, en luttant contre les pollutions agricoles avec, par exemple, la promotion des pratiques dites à faibles intrants et l’agriculture biologique ;
  • Améliorer la gestion quantitative de la ressource en eau en finançant les mesures nécessaires pour le retour à l’équilibre quantitatif dans les 47 bassins versants actuellement en déséquilibre ;
  • Accompagner les structures qui gèrent et participent au bon fonctionnement des cours d’eau afin d’améliorer la résilience des milieux et faciliter l’adaptation au changement climatique, mais aussi préserver leur fonction d’autoépuration et de réservoir de biodiversité ;
  • Aider au financement des actions d’accompagnement des projets de restructuration et de protection de l’alimentation en eau potable ;
  • Préserver et restaurer le littoral et les milieux marins ;
  • Encourager les projets innovants dans tous les domaines ;
  • Mais aussi de contribuer au renouvellement des réseaux pour les collectivités les plus en difficultés.

Le financement des actions nécessaires pour l’atteinte de ces objectifs représentera près d’1,6 milliard d’euros sur 6 ans, selon une répartition par domaine qui a été adoptée.

Il reste encore à préciser, avec le Conseil d’administration, les modalités d’intervention détaillées par domaine pour être opérationnels au 1er janvier 2019.