en bref

En bref : #79 Frayères dordogne

Frayères : plan d’envergure sur la Dordogne

Alors que les salmonidés s’apprêtent à se reproduire, une 1ère tranche de travaux d’aménagement de frayères vient d’être réalisée. Ces travaux s’inscrivent dans une vaste opération de restauration d’habitats pilotée par EPIDOR (l’EPTB Dordogne). L’Agence est co-financeur.

Les cours d’eau du bassin de la Dordogne sont réputés pour leurs populations de poissons, notamment de migrateurs (saumon, lamproie…) et de salmonidés (truite, ombre…). Malheureusement, les anciennes extractions de granulats et l’interruption du transit des sédiments liés à la présence de grands barrages ont dégradé la quantité et la qualité des habitats de ces espèces et notamment des zones de reproduction. Pour faire face à ce problème, trois premières zones ont été restaurés cette année sur la Dordogne par des apports de graviers et de galets directement dans le lit mineur. Cette première phase a permis de retrouver 1500 m² de frayères dans le secteur d’Argentat-Brivezac. Deux ou trois sites seront ainsi traités par an, jusqu’à ce que les 12 sites repérés par l’étude préalable menée en 2015 soient restaurés. Au total, il s’agit de recréer environ 7000 m² de frayères ce qui permettra de doubler la surface favorable à la reproduction sur ce secteur. Cette opération représente un montant total d’environ 200 000 €, co-financé par l’Agence (60%) et EDF (40%).
Cette opération de restauration pourrait ensuite s’étendre à d’autres cours d’eau, comme la Cère et la Vézère. Une nouvelle étude de potentialité de restauration devrait être lancée en ce sens.

>> En savoir + sur l’opération